La révolution digitale – Partie 2: les plates-formes dominent le monde

20.02.2019

Tout le monde les connaît et presque tout le monde les utilise : les géants des plateformes que sont Google, Airbnb et Amazon sont en plein essor. Leurs approches radicales et les nouvelles règles bouleversent les modèles d’affaires traditionnels et obligent les entreprises et les fournisseurs de services à repenser leurs pratiques. La nouvelle économie de plate-forme n’affecte pas seulement les composantes technologiques, mais modifie également la façon dont les gens communiquent et travaillent les uns avec les autres. Dans la deuxième partie de notre série « digitalisation des fiduciaires », nous aimerions donc discuter des opportunités et des risques des plates-formes numériques et vous fournir quelques recommandations.

La plus grande compagnie de taxis du monde sans posséder de véhicules

Saviez-vous que la plus grande compagnie de taxis du monde ne possède pas un seul véhicule ? Néanmoins, Uber a réussi à atteindre le sommet du marché du transport de passagers en tant que simple intermédiaire. Mais comment est-ce possible ? Comme pour les biens numériques, les coûts marginaux des produits sont presque nuls, car il est possible de faire des copies parfaites. De plus, l’accès et la distribution se font à des coûts extrêmement bas. Du point de vue de l’opérateur de la plate-forme, cela s’applique même aux produits qui ne sont pas entièrement numérisés. Pour Uber, il n’y a donc pratiquement pas de coûts marginaux pour effectuer un transport supplémentaire, car la plate-forme ne fait que réunir fournisseurs et acheteurs. Le gigantesque réseau et les effets de multiplication sont également caractéristiques des plates-formes numériques. Plus il y a de participants actifs dans le réseau, plus il devient attractif et attire d’autres fournisseurs et clients. Dans notre exemple Uber, ce service n’apporte de valeur ajoutée au client que si suffisamment de chauffeurs sont actifs, et vice versa.

Quand les start-ups deviennent des licornes : Opportunités de l’économie de plate-forme

Grâce aux technologies d’aujourd’hui, il est possible de développer de nouveaux modèles économiques, parfois radicaux, et des innovations perturbatrices, simplement et avec un minimum d’efforts. Grâce à des méthodes de programmation simples et à l’utilisation de services de cloud, même les « non-geeks » peuvent offrir de nouveaux services de plate-forme et ainsi bouleverser les modèles économiques traditionnels. Au début d’un tel développement, l’accent est généralement mis sur un problème client non résolu. De nouvelles chaînes de valeur peuvent être identifiées en remettant activement en question les systèmes et solutions existants. C’est également le cas avec la peur des chauffeurs de taxi d’aujourd’hui envers Uber. Le service de chauffeurs a reconnu le potentiel des services de chauffeurs privés et offre depuis 2009 des possibilités de covoiturage via une application smartphone. Les avantages pour les clients sont évidents : ils peuvent rapidement identifier quel véhicule est à proximité et le demander. En même temps, l’offre est généralement moins chère et la facturation est un jeu d’enfant en enregistrant une carte de crédit ou un compte. Les fournisseurs, de leur côté, bénéficient de ne pas avoir à établir leur propre offre (numérique). De plus, l’effet multiplicateur de la plateforme leur permet de proposer leurs services et produits aux clients finaux particulièrement rapidement et de se limiter à leurs compétences de base.

La face cachée : à l’intérieur du cercle vicieux de l’enfer du dumping

Outre les nombreuses possibilités et opportunités, l’économie de plate-forme comporte également des risques. Une fois établis avec succès, il est difficile pour les fournisseurs d’obtenir une part substantielle de la création de valeur. L’opérateur de la plate-forme possède l’interface avec le client et souhaite étendre son réseau le plus rapidement possible. En offrant ses services à des prix très bas, un plus grand nombre de clients finaux est attiré dans le réseau. Cela augmente la valeur de la plate-forme et en même temps le pouvoir vis-à-vis des fournisseurs. Une fois que le nombre de participants est suffisant, les clients et les fournisseurs se retrouvent presque obligés de rejoindre l’économie de réseau en raison des effets d’attractivité décrits ci-dessus. Les règles du jeu sont déterminées par le fournisseur de la plate-forme. Cela peut aller si loin que les fournisseurs ne peuvent plus déterminer librement les prix de leurs produits sur leur propre boutique en ligne. De ce fait, les fournisseurs perdent. Ils gagnent moins, que ce soit les chauffeurs de taxi d’Uber, les artistes de Spotify ou les hôteliers de booking.com. Il est difficile pour les prestataires de sortir de ce dilemme. D’une part, les effets de réseau l’obligent à participer, d’autre part, il est difficile de convaincre les clients de changer. Dans le secteur B2B en particulier, les clients finaux sont relativement dépendants des systèmes en ligne car les données critiques de l’entreprise y sont gérées et ne peuvent être extraites des systèmes qu’à grands frais, voire jamais. Cela augmente considérablement les coûts de substitution pour un utilisateur.

L’aide des règlements et lois

Les autorités de réglementation et les lois locales rendent plus difficile l’établissement de plates-formes mondiales et, dans certains cas, la voie politique peut également être utilisé pour obtenir des réglementations locales qui soutiennent les fournisseurs. Ce fut le cas pour l’hôtellerie suisse en septembre 2017. Grâce au soutien de la Lex Booking votée au Conseil national, les hôtels suisses peuvent désormais à nouveau fixer eux-mêmes leurs prix, même s’ils sont enregistrés sur booking.com. Toutefois, s’en remettre exclusivement à ces facteurs constitue une négligence grave. Pour les sociétés fiduciaires, il existe d’autres solutions que la solution en apparence simple qui consiste à rejoindre une plate-forme en cours de développement.

Créez vos propres règles de jeu

L’économie de plateforme offre de nombreuses possibilités et opportunités de développer de nouveaux modèles d’affaires et gagner de nouveaux clients, y compris dans le secteur fiduciaire. À première vue, l’adhésion à des réseaux de plates-formes existants semble être un moyen facile et attrayant de profiter rapidement d’éventuels effets de multiplication. Toutefois, il ne faut pas sous-estimer les risques susmentionnés, tels que, dans le pire des cas, la perte de souveraineté.

C’est pourquoi nous recommandons aux fiduciaires de relever de manière productive et active les défis du nouveau monde économique. Cela pourrait permettre de réaliser le potentiel émancipateur de l’économie de plate-forme. Dans un premier temps, nous vous conseillons d’analyser votre propre modèle économique et de clarifier les questions suivantes :
• Quels sont nos segments de clientèle ?
• Comment interagissons-nous avec eux ?
• Quelles sont les attentes de nos groupes cibles envers nous ?
• Quels sont leurs besoins en matière d’information ?
• Où y a-t-il des inefficacités dans l’interaction avec nos clients ?

Et la prochaine fois : Tous les débuts sont difficiles…. ou pas forcément ?

Maintenant, vous connaissez les possibilités de la numérisation, mais par où commencer au mieux ? C’est exactement la question à laquelle nous aimerions répondre dans la troisième et dernière partie de notre série.