Stratégie IT : “tout d’une seule source” vs “le meilleur de chaque domaine”

25.01.2021 // Sacha Briggen

Lors du choix de votre logiciel d’entreprise, la stratégie informatique fondamentale constitue la base. Vous vous demandez peut-être aussi : en tant qu’entreprise, dois-je opter pour une suite complète d’applications, c’est-à-dire “tout d’une seule source” ? Ou dois-je choisir la meilleure solution pour chaque domaine, selon l’approche “best of breed” ? Comme toujours, il n’y a pas de bonne ou de mauvaise réponse universelle à ces questions stratégiques. Les deux approches présentent des avantages et des inconvénients. En tant qu’entreprise, vous devez identifier les plus grands avantages pour vous. Nous examinons de plus près les deux approches et vous montrons à quoi vous devez faire attention.

Suite – tout d’une seule source

L’approche de la suite, connue de sociétés telles que SAP et Microsoft, se concentre sur une solution globale pour toutes les préoccupations. Le grand avantage d’une solution globale est que le volume d’achat plus élevé pour les différents fournisseurs peut renforcer la position de négociation. En outre, moins d’interfaces sont nécessaires et moins de personnes à contacter du côté du fournisseur, à condition de maintenir une coopération directe avec le fabricant. De plus, l’interface utilisateur est uniforme pour tous les domaines fonctionnels.  Toutefois, une telle approche est relativement coûteuse et vous achetez des fonctions dont vous n’avez peut-être même pas besoin.

Best of Breed – le meilleur de chaque domaine fonctionnel 

Avec cette stratégie, vous misez sur la modularité et combinez les applications logicielles les plus appropriées de différents fabricants pour chaque objectif commercial. Grâce à l’intégration appropriée des différentes solutions spéciales, par exemple les logiciels de comptabilité, la GED et la CMR, un paysage de systèmes continu et flexible est créé. Il en résulte les avantages suivants :

  • Une plus grande flexibilité pour renouveler ou remplacer complètement des domaines fonctionnels individuels.
  • Il ne faut acheter et financer qu’autant de fonctionnalités qui sont réellement nécessaires.
  • Des fabricants spécialisés dans les domaines respectifs, qui se consacrent entièrement à leur domaine d’activité.
  • Les applications des clients peuvent également être connectées, ce qui peut être très important, surtout dans un contexte d’une fiduciaire.
  • La dépendance vis-à-vis des fournisseurs individuels est beaucoup plus faible.

Par ailleurs, l’intégration de solutions tierces, si le fabricant ne couvre pas un domaine, est beaucoup plus facile avec les systèmes ouverts.

À prendre en considération

Si vous optez pour l’approche “best-of-breed”, il est important d’examiner de plus près la capacité d’intégration des logiciels respectifs. Les logiciels sont reliés entre eux par des interfaces définies. Il est important de faire la distinction entre les interfaces de fichiers et les interfaces sur la couche application.

Aujourd’hui, les interfaces de fichiers sont mises en œuvre à l’aide de XML. Il s’agit d’un langage dit de balisage. Il est utilisé pour représenter des données structurées hiérarchiquement et peut être lu par des machines et aussi par des humains. Les anciennes variantes de l’interface de fichier, telles que le CSV, ne répondent souvent plus entièrement aux exigences actuelles.

L’intégration à la couche application doit être visée, si cela est possible. De nos jours, les applications fournissent souvent une interface de programmation publiquement documentée par le biais d’interfaces de programmation d’applications (API). Cela permet aux fabricants de produits tiers d’intégrer un logiciel dans le leur (par exemple, un ERP ou une solution industrielle qui ne possède pas sa propre COMPTA).

En utilisant les interfaces disponibles, il est possible de créer un système global qui couvre de manière optimale les besoins d’une entreprise. Les clients peuvent également être intégrés dans les processus. Cela est particulièrement important dans le secteur fiduciaire. Par exemple, les transactions générées dans les systèmes tiers des clients fiduciaires doivent être automatiquement enregistrées dans le programme de comptabilité de la société fiduciaire. De cette manière, des processus numériques de bout en bout peuvent être mis en œuvre, qui apportent une valeur ajoutée à la fiduciaire et à ses mandants.

Soutien et conseil aux projets

Vous êtes face à un projet complexe ? intusdata vous soutient dans la mise en œuvre de vos projets et développe avec vous la structure et l’approche appropriées.