Les fiduciaires mises sur des solutions cloud solides et sécurisées, hébergées en Suisse.

14.04.2018

Les fiduciaires qui ne veulent pas se limiter à saisir des pièces, ont un intérêt important à digitaliser leur modèle d’entreprise. C’est ainsi qu’ils pourront transmettre les avantages d’efficacité à leurs clients et se concentrer à leurs compétences clés.  C’est déjà certain : tout tourne autour de la sécurité du cloud.

La révolution numérique n’est en principe rien de nouveau. Elle a pris de l’ampleur dans tous les domaines de notre vie, depuis l’apparition du premier ordinateur personnel au début des années 1980. Au cours des dernières années, le rythme de la transformation numérique s’est accéléré. Des entreprises Internet puissantes avec des milliards de chiffres d’affaires, comme le service de transport Uber, n’ont même pas 10 ans. Surtout la technologie se développe à une vitesse sans précédent. Les prédictions « lois » de Moore des années 1970 se sont révélées étonnamment exactes. Il avait annoncé que la complexité des circuits intégrés double tous les 12 à 24 mois. Ou en termes plus simples : La capacité de calcul d’un ancien système de traitement de l’information à haute cadence est maintenant logé dans un smartphone et demain probablement dans un moustique robotique artificiel.

Retour aux compétences clés

Fait intéressant, certains projets d’automatisation attendent toujours leur achèvement. Par exemple, nous n’arrivons pas à travailler sans papier. Celui qui peut en chanter une chanson mélancolique est la branche fiduciaire. Ces professionnels de la finance sont toujours confrontés à des clients qui préfèrent livrer leur comptabilité sous forme d’une grande boîte remplie de pièces colorées. Il n’est donc pas étonnant que les fiduciaires soient très ouverts aux innovations qui leur promettent un travail plus rationnel et davantage axé sur leurs compétences principales. Selon une étude de l’association professionnelle Fiduciaire|Suisse, 60% des fiduciaires consacrent la plus grande partie de leur temps de travail à effectuer des tâches administratives pour leurs clients. Pour un tiers, ces tâches prennent même plus de la moitié de leur temps. En bref : beaucoup trop de temps  perdu au détriment de conseil et acquisition client.

La digitalisation automatise les processus entreprise

La nouvelle révolution digitale donne au fiduciaire digital l’opportunité de se démarquer avec une gamme de services modernes. La relation entre la fiduciaire et son mandat est caractérisée par un échange animé de données et d’informations avec de nombreux processus administratifs de routine. Ce dernier peut être simplifié ou automatisé grâce à la digitalisation. La fiduciaire doit se poser les questions suivantes : quels processus commerciaux gagneront en efficacité grâce à la digitalisation et comment optimiser l’échange de données avec son client. C’est là que la branche profite de la virtualisation continue du matériel, des systèmes d’exploitation, des données et des applications, bref: du cloud computing.

D’une manière générale, deux types principaux existent dans l’univers des clouds. Dans les clouds publics, exploités par des sociétés Internet, le client individuel doit partager l’espace de stockage gigantesque avec beaucoup d’autres. En revanche, un cloud privé est un serveur dédié ou seul le client peut accéder aux données stockées. Si un fiduciaire souhaite opter pour une solution cloud, il doit d’abord prendre en compte les besoins de ses clients. Peu de clients ne souhaitent que les données confidentielles de leur entreprise circulent sans aucun niveau de sécurité dans un cloud public. Le choix du cloud privé donne à une société de fiduciaire la possibilité de développer son propre modèle d’affaires numérique avec un haut niveau de sécurité et de transmettre l’avantage d’efficacité qui en résulte aux clients.

Les serveurs sur le sol suisse assurent la sécurité

Lors du choix d’un fournisseur de cloud, les entreprises suisses attachent une grande importance à la sécurisation des données sur un site suisse. Les raisons sont convaincantes:

  • une loi forte de la vie privée,
  • le secret d’affaires pratiqué ici,
  • normes de sécurité et de qualité supérieures à la moyenne
  • ainsi que la stabilité politique et économique de la Suisse.

Pour des nombreux fiduciaires les fournisseurs dont les serveurs sont situés sur le sol suisse entrent en ligne de compte. Ce qui signifie que seule la législation suisse s’applique.

Le service cloud privé d’intusdata est également hébergé dans un centre de données suisse et offre la meilleure sécurité possible grâce à des concepts de sauvegarde sophistiqués.